Paris 06 | EPI DUPIN

A deux pas du Bon Marché, dans un quartier qu’affectionnent particulièrement touristes et bobos, ce micro-bistrot est bien caché, mise à part une enseigne tape à l’œil. L’Epi Dupin est une institution du quartier qu’il ne faut pas manquer nous dit-on.

Le succès de ce bistrot ne démentit pas. Obligation de réserver si vous ne voulez pas passer à côté. Il faut dire que la salle n’est pas bien grande. Dommage que l’on ait trop souvent le sentiment de profiter de la conversation des voisins, la faute à une désagréable tendance au remplissage.

Le soir, seuls le menu carte entrée-plat-dessert et le menu découverte, pour les plus audacieux, sont proposés. Néo-bistrot oblige, on vous installe péniblement une grande ardoise et difficile de faire son choix tant les alternatives sont tentantes.

Coté assiette, on nous apporte d’emblée une étonnante crème de choux fleur et son sorbet de légumes. L’effet visuel est réussi. C’est parfait pour débuter, le sorbet étant très frais et la consistance de la crème liquide comme il faut.

Les entrées étaient plus décevantes, il faut l’avouer. Les têtes d’asperges blanches sont trop peu cuites du gout de mon acolyte, tandis que les tagliatelles de courgettes faisaient plus office de décoration qu’autre chose.

Le Suprême de tomate accompagné de sa farce de queues de veau paraissait tout à fait  alléchant, d’autant plus que j’en avais vus quelques uns défiler dans la salle, mais vous imaginez ma déception quand je découvre que la tomate en question est à peine plus goûteuse que celle que vous trouverez au Franprix du quartier. La farce sauve l’ensemble malgré tout.

Heureusement le chef se rattrape à merveille avec les plats. Le pavé de rascasse rôtie est cuit à la perfection, chose assez rare pour être soulignée. Le risotto à l’orange qui l’accompagne m’a scié : la saveur acidulée de  l’orange s’associe merveilleusement bien au riz et allège l’ensemble.

Le filet de merlu en croûte s’accompagne de beignets d’aubergines dont la couleur verte ne cessera de vous étonner. Ces beignets sont d’ailleurs une franche réussite même si on aurait préféré une friture à la façon d’unetempura (la pâte est ici un peu pesante).

Pour terminer, un pavé breton et ses abricots (rôtis ?), le biscuit n’est pas mauvais mais franchement ça fait plus recette de grand-mère que néo bistrot pour tout vous dire.

Le spéculos à la rhubarbe et le sorbet aux fraises est plus fameux. Ce dernier est extrêmement savoureux et tient bien en bouche.

Le service est parfois brusque et approximatif mais on leur pardonne : faire deux services pleins dans un espace aussi limité relève du défi ! La table à réserver : en terrasse quand le temps le permet.

Les prix sont plutôt très raisonnables (34e le soir pour entrée-plat-dessert et 24e le midi pour la formule entrée-plat/plat-dessert). Rien à ajouter si ce n’est que le chef mérite les éloges qu’il reçoit depuis quinze ans maintenant.

EPI DUPIN

11, rue Dupin
75006 Paris
+33 (0)1 42 22 64 56

Étiquettes :

Catégories : € €, PARIS

Aucun commentaire pour l’instant.

Commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s